Vous voulez innovez ? Il suffit de dire « Oui »

C’est aussi simple que ça, pour arriver à de nouvelles idées : il suffit de dire « Oui ».

Dans notre langage d’expert, nous appelons ça « différer le jugement »… La capacité de mettre temporairement de côté nos opinions, d’accepter une idée nouvelle ou étrange, et de prendre le temps de la développer avant de la rejeter. C’est la pierre angulaire de la pensée divergente. Et c’est la première règle de l’improvisation : dites « Oui » .

Si vous suggérez une idée et qu’elle est tout de suite critiquée voire moquée, cela vous rendra probablement plus frileux d’en suggérer une autre. Et peut-être que votre première idée n’était pas très bonne, mais si le fait de ne pas en tenir compte, ou de la rejeter signifie que votre voix ne sera même pas prise en compte, vous pourriez garder tout le reste de vos idées pour vous.

Mais il y a une autre conséquence. Si une idée est rejetée, ou même pas retenue, alors aucune partie de celle-ci n’est jamais envisagée. Or, elle est venue à vous pour une raison ; il y a probablement quelque chose d’intéressant à examiner. Si vous pouviez ignorer les failles de cette idée et jouer avec elle pendant un moment, cela pourrait conduire à une idée nouvelle et utile.

Co-construire une idée

L’artiste d’improvisation Dave Morris l’explique bien dans son discours TedX (extrait ci-dessus), et suggère d’aller plus loin, en utilisant le  » Oui, et … » Son choix de vocabulaire est important: Si vous tenez entièrement compte d’une idée, et construisez dessus, alors quelqu’un d’autre peut aussi construire dessus, et ainsi de suite. Quelques petites choses peuvent alors arriver, vous vous en doutez. Premièrement, une idée boiteuse peut réellement devenir intéressante. Deuxièmement, une idée totalement nouvelle pourrait émerger, pas nécessairement liée à l’idée originale, mais suscitée par l’une des «co-constructions ». Troisièmement, elle devient une idée ridicule et inutilisable, mais si vous cherchez le principe sous-jacent, cela pourrait vous aider à mieux comprendre le type d’idées recherchées.

Un optimisme implacable

Cela nécessite un optimisme implacable, ce qui n’est pas toujours facile à cultiver. C’est plus facile à faire si vous fixez une limite de temps, disons 30 minutes, au cours de laquelle vous direz oui à tout. Dans ce laps de temps, vous allez construire et améliorer toutes les suggestions. Une fois les 30 minutes écoulées, vous évaluerez ce que vous avez imaginé. Un groupe qui peut se rendre pour une demi-heure se surprendra souvent non seulement avec le nombre d’idées qu’il peut générer, mais aussi par la qualité de celles-ci. Et vous observerez que l’ambiance dans la pièce peut considérablement changer. Au lieu d’essayer d’avoir raison, les gens essaient d’être créatifs.

Le piège serait de croire que vous obtiendrez de l’innovation en disant simplement « Oui » tout le temps. Il est bon de cultiver  un scepticisme sain et surtout, d’évaluer l’idée émergée en fonction de vos contraintes réelles. Mais vous ne pourrez même pas arriver à cette étape si vous ne laissez pas une idée naissante respirer et grandir, au moins pendant un moment. Alors essayez de dire oui un peu plus longtemps que vos instincts naturels, et voyez ce qui se passe 😉

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *